• contact@vivredaventure.com

Parole de voyageurs

Parole de voyageur

Parole de voyageur

Episode 1 – Julie en Finlande

Nous nous sommes rencontrées en Norvège au Lac Majavatnet, sur un spot incroyable puis retrouvées à plusieurs reprises et partagé de beaux moments jusqu’en Finlande. Cette interview est particulière puisque c’est une première 🙂

Parle nous de toi ?

Je m’appelle Julie, j’ai 37 ans, je suis originaire de la région parisienne, je suis professeur des écoles depuis 13 ans. J’ai une affection particulière pour la pédagogie Montessori. Je suis mariée à Julien et j’ai un petit garçon de 6 ans, Léo. On a décidé de partir en voyage tous les 3.

Pourquoi ce voyage ?

Pour se retrouver dans un premier temps, profiter d’être tous les trois. On avait un rythme de vie effréné en région parisienne, on se croisait beaucoup. On avait beaucoup de projets à réaliser qui ont fait que l’on courrait un peu partout et que l’on ne se voyait plus. A cela se rajoutait des problèmes familiaux, avec des situations compliquées à gérer et des histoires de vies difficiles. Donc on a eu besoin de se recentrer et de se retrouver pour prendre le temps de vivre et surtout d’essayer de fonder une famille unie. On pense que ce voyage a créé un lien particulier entre nous trois. Et bien sûr pour aller aussi découvrir notre magnifique planète !

Comment voyagez-vous ?

On a acheté un camping-car de la marque Pilote chez un concessionnaire. Il est assez grand puisqu’il fait 7,5 mètres de long, assez confortable, car nous n’avions jamais voyagé de cette manière donc on souhaitait avoir du confort. Nous en sommes contents. Nous voyageons avec en Europe, essentiellement en bivouac sauvage. Nous évitons les aires de camping-car ou les campings sauf lorsque nous n’avons pas le choix mais on préfère la tranquillité.

Vous êtes vous fixés une limite de temps ?

Au début nous étions partis pour une année mais finalement on va faire 18 mois. Moi, j’aimerais faire plus mais l’aspect financier va commencer à nous bloquer et Julien, lui, commence à avoir besoin de se réinstaller quelque part.

Comment avez-vous préparé votre voyage ?

Finalement, je me rends compte que l’on ne l’a pas beaucoup préparé ! On a vendu notre maison et tout ce qu’il y avait dedans afin de financer notre voyage. On a gardé le strict nécessaire pour le voyage et quelques souvenirs que nous avons laissés chez des amis.
Pour nous, la vente de la maison a été difficile, on est vraiment parti un peu précipitamment et pas dans les conditions que nous espérions, car au final la maison a été vendue avant que nous ayons le camping-car. Tout s’est bousculé fin juin 2018 alors que nous n’avions pas réellement planifié les choses. Il a fallu tout vider rapidement et ce qui nous manquait nous l’avons acheté au fur et à mesure du voyage.
On avait imaginé un itinéraire très approximatif mais rien de figé, et rien de vraiment étudié.

As-tu un message que tu souhaites transmettre ?

Il faut réaliser ses rêves et y croire !

Une anecdote sur votre voyage ?

Il y en a plein !!! Je vais vous raconter une anecdote qui aujourd’hui me fait rire mais sur le coup ne m’amusait pas du tout ! Elle concerne la météo. Parce que c’est vrai que lorsque l’on est en camping-car, la météo joue un rôle important et il faut bien suivre les prévisions pour ne pas avoir trop de mauvaises surprises. Au début de notre voyage, on n’avait pas pris cette habitude, donc c’était un peu trop “on se laisse porter, on verra bien…”. Et là, on était en Croatie, on n’a pas fait attention que nous allions passer par une région montagneuse où il allait y avoir de fortes rafales de vent. On a pris l’autoroute comme des novices, on a vu des affichages qui demandaient aux camions de sortir, mais bon comme c’était en croate on a pas tout bien compris et puis on a imaginé qu’il y avait peut-être des travaux. On est quand même resté sur l’autoroute, en se disant que nous n’étions de toute façon pas un pois lourds! Et là, les vents étaient à plus de 130/140 km/h, avec notre camping-car, on passait d’une voie à une autre et sur notre côté droit il y avait un ravin et j’avais très peur qu’on finisse notre route en bas du ravin ! J’ai beaucoup pleuré. Julien, essayait de maintenir le Cap et de faire en sorte que l’on ne dévie pas de la route. Dès que l’on passait dans un tunnel, je soufflais, j’essayais de me ressaisir et puis j’avais Léo à côté de moi donc il fallait que je garde mon sang froid!! Ce coup-ci je n’ai pas réussi, je lui ai transmis mon angoisse ! On s’est arrêtés sur une aire d’autoroute, mais on ne pouvait pas y rester, de toute façon on bougeait dans tous les sens! Donc on a continué et finalement on a fini par passer de l’autre côté du versant de la montagne et là ça s’est calmé ! Enfin, un peu plus loin en sortant du tunnel, nous nous sommes retrouvés dans la neige ! Tout ça pour dire qu’il faut bien regarder la météo !!!

Pour suivre leurs aventures c’est par ici : Carnet d’aventures de la famille Léjuju

Finlande – Septembre 2019