• contact@vivredaventure.com

Notre quotidien

Notre quotidien en voyage

Beaucoup de changements dans notre quotidien depuis notre départ sur les routes. Déjà 3 mois que nous avons mis Cap au Nord pour découvrir l’Europe en camping-car avec nos deux loulous. Alors qu’est-ce qui a changé depuis notre départ ? Comment se passe l’école ? Les démarches administratives ? Nous vous racontons dans cet article nos nouvelles habitudes et notre nouvelle vie !

Le programme de la journée en semaine

Après avoir essayé plusieurs organisations nous en avons trouvé une qui nous convient plutôt bien (en ce moment). L’avantage en voyage c’est que nous avons la possibilité de prendre le temps de composer et recomposer pour trouver un équilibre et respecter le rythme de chacun.
Le matin, il y a deux équipes, Gabriel et moi nous levons en premier pour préparer le petit déjeuner. Une fois tout le monde debout nous le prenons tous ensemble, on s’habille et c’est parti pour 2h de concentration pour l’école. Pour le moment, nous faisons des maths et du français tous les jours de la semaine de façon formelle pour Gabriel. Je me fonde sur le programme de l’académie en ligne et tous les manuels que j’ai achetés avant de partir (voir notre article sur l’école). C’est parfois difficile de trouver la bonne pédagogie lorsque la leçon semble acquise et qu’elle ne l’est pas ! Les jours où il n’a pas envie, il faut redoubler d’efforts, par contre quand il est motivé, ça déménage!!! Pas simple le métier de prof !
Pour Maxence, c’est le travail des sons, du calcul et des activités diverses. Il est très demandeur et très à l’aise. Durant le temps de classe on devrait s’enregistrer avec les « B », « T » et « P » et la décomposition syllabique! Une fois la classe terminée c’est le temps de la récréation pendant que nous nous préparons à quitter le spot.
Généralement nous partons vers 11h pour faire un peu de route ou aller visiter les environs.
Pour le déjeuner nous évitons au maximum les sandwiches, nous tenons à garder une alimentation équilibrée le plus possible.
L’après-midi est consacrée à la route (1h max) ou aux visites en fonction d’où on se trouve. En fin de journée ou sur la route nous essayons de refaire un peu d’école de façon informelle (jeux de rituels, cartes, mémos, ou revoir la leçon du jour en jouant).
Le soir, on prend le temps de cuisiner tous ensemble un repas plus copieux avec de quoi anticiper le déjeuner du lendemain.
Depuis notre départ nous ne sommes allés au restaurant que deux fois. Nous limitons pour le budget et parce que nous avons tout ce qu’il faut dans Captain !
Après manger pas vraiment de rituel tout dépend s’il fait beau pour sortir, de la fatigue de chacun, des envies etc. On peut regarder un film tous ensemble s’il n’est pas trop tard, lire des histoires, jouer…

Le ménage et les impératifs

Le ménage c’est tous les jours. Oui oui… Tous les jours, par contre c’est beaucoup plus rapide qu’à la maison. Notre meilleure amie c’est la balayette, tous les matins c’est le même rituel, un bon coup de balayette partout, on secoue le tapis de l’entrée, on nettoie le lavabo de la salle de bain. Les enfants ne participent encore pas assez à cette tache !
La serpillière c’est quand il fait beau et que nous pouvons sortir tous les tapis et plutôt le week-end quand il n’y a pas école.
L’aspirateur nous manque!

Les courses

Nous n’avons pas vraiment de rythme précis. Généralement c’est chez Lidl que nous faisons nos grosses courses. C’est plus facile pour se repérer dans les rayons car ils sont achalandés comme en France et souvent les produits de bases, les fruits et légumes sont à des prix raisonnables. Les boîtes de conserves sont inexistantes ou presque, les rayons de viandes sont très petits mais laissent place à une quantité astronomique de charcuterie par laquelle nous n’avons pas été forcément attirés. Le plus difficile c’est de trouver du lait. Nous avons perdu plusieurs briques car le lait tourne vite, est-ce un problème de température dans le frigo, ou est-ce que la mise en bouteille est différente ? Nous n’arrivons pas à comprendre donc nous avons arrêté d’en acheter par prudence. Nous allons nous rabattre sur les laits végétaux mais nous n’en trouvons plus!
Nous essayons de manger le plus de légumes possible mais ce n’est pas facile à tous les repas! Les desserts sont inexistants depuis un bon moment, par exemple le petit yaourt ou les crèmes à la vanille ne sont que lointains souvenirs (les enfants rêvent de leurs pots de vanille avec des petites boules de chez Nana!).
Nous achetons des fruits et nous faisons des gâteaux dès que possible.
Depuis peu c’est également le retour de la soupe à la demande des garçons !!! Nous sommes bien contents d’avoir emmené notre bras mixeur!
Faire ses courses s’avère parfois laborieux mais intéressant.

Les machines à laver

Nous arrivons à faire une machine toutes les semaines et demies voir 2 semaines. En fonction du pays, nous allons dans les laveries, les marinas, les stations services ou les campings. Nous évitons les campings qui sont généralement chers pour le service proposé et parfois sans sèche linge. La lessive est la plus grosse corvée car ça prend du temps et c’est une sacrée logistique lorsque tout n’est pas bien sec !

L’hygiène

Désormais les douches sont devenues le grand plaisir des enfants! Jamais trop motivés au départ, mais quand ils y sont c’est dur de les faire sortir. Ils ont même créé la danse de la douche. Nous avons découvert les douches avec un temps limité. C’est un système de jetons ou pièce qui permet de déclencher l’eau chaude. Nous avons eu des tarifs allant de 20c à 2€ et des temps variant de 3 min à 6 min, dans ces moments il faut faire fissa! Nous évitons de prendre nos douches dans Captain, car cela demande plus de logistique (remplissage, vidange et peu de place). Généralement, c’est tous les 3 ou 4 jours dans les marinas, camping ou aire de camping-car. Pour le quotidien, le bon vieux gant de toilette est revenu à la mode.

Les vidanges et remplissage d’eau

Aucune difficulté pour le moment à vidanger et à remplir le réservoir d’eau. Nous avons une autonomie de 3/4 jours pour l’eau. Gabriel se fait un plaisir maintenant de diriger les manœuvres et il s’en sort très bien ! Nous avons 3 jerricans de 5L en plus du réservoir pour le Berkey.

Le gaz ou GPL

Habituellement pas de problème pour remplir notre bouteille de GPL, sauf en Finlande. Comme nous ne nous branchons jamais sur le 220V, le frigo fonctionne toujours au gaz. Nous utilisons notre four en moyenne 3h par semaine et les plaques de cuissons quant à elles, tournent à plein régime tous les jours mais nous allumons rarement l’eau chaude. Notre autonomie est d’un mois environ sans chauffage. Mais l’automne arrivant, nous avons besoin de le mettre le soir avant de se coucher et le matin pour réchauffer un peu et encore ce n’est pas tous les jours. Le mieux reste le pull ! Nous reverrons cette moyenne de consommation un peu plus tard.

L’électricité

Avec nos 200W de panneaux solaires et nos 220Ah de batteries, nous sommes au top. Grâce au convertisseur, nous branchons tous les jours nos appareils et nos batteries ne sont jamais descendues en dessous de 90% de charge.

Le week-end

Nous gardons un rythme semaine et week-end. Nous trouvons cela important pour conserver des repères. Pour nous, il commence par « l’apéro du vendredi soir » 😉 !
Les enfants choisissent leurs activités le matin et le petit dessin animé sous la couette est un vrai plaisir. C’est souvent les temps de pâtisserie, de grand ménage, de tri des photos, etc. Cela peut être aussi des trajets plus importants ou prendre le temps de ne rien faire.

Les démarches administratives

On a eu des petites galères avec la prise en charge de formation de Rudy donc il va devoir la terminer en autofinancement. Heureusement que le changement d’adresse est actif et que la famille est réactive dans l’ouverture du courrier! (merci merci vous assurez comme des chefs!) L’administration ne nous a pas oubliés non plus! Nous avions pourtant fait toutes les démarches avant de partir mais il y a eu des petits loupés qui auraient pu avoir des conséquences assez importantes. Si on a un conseil important à vous donner c’est de ne pas cacher votre voyage et de bien penser à en avertir tout le monde ! La Caf par exemple, nous l’avions oubliée et ils ont su nous le faire savoir ! Nous précisons bien que l’honnêteté paye toujours.

Les bivouacs

Nous changeons de bivouac tous les jours pratiquement. C’est ce qui est le plus sympa, trouver un nouveau jardin tous les jours. Avec Park4night, nous sommes vraiment à l’aise pour trouver notre bonheur. Il arrive cependant parfois que nous passions beaucoup de temps à chercher, que ce soit plus difficile pour trouver quelque chose qui nous plaise vraiment. Savoir s’adapter à son environnement et le prendre en compte est quelque chose d’indispensable dans nos recherches quotidiennes. Nous nous sommes toujours sentis en sécurité et nous n’allons jamais dans les endroits qui nous semblent peu rassurant pour les enfants (la forêt la nuit, Gabriel ne s’y sent pas trop rassuré, alors nous n’y allons pas). Nous cherchons dès que possible des spots avec aires de jeux pour que les loulous s’amusent le temps de la récréation 🙂 ! Depuis fin Août nous voyons la différence sur les spots, n’y a plus personnes, c’est le gros avantage de voyager hors saison.

Ce qui nous manque le plus

C’est la famille et les amis. La distance est difficile, pour les enfants aussi et je dirais peut être même encore plus pour eux. Cela nous questionne souvent. Avons nous fait les bons choix, avons nous le droit de les priver de leur petit monde, ne sommes nous pas trop égoïstes ? Nous n’avons pas les réponses et nous ne savons pas si cela est positif et constructif pour eux. Nous avons quand même la chance aujourd’hui de pouvoir s’appeler en visio très facilement. Nous ne pensions pas que les copains avaient une place si importante pour eux. Nous en discutons souvent. Sachez que vous aussi vous pouvez nous donner de VOS nouvelles car vous nous suivez mais nous serions ravis de savoir ce qui se passe chez vous aussi 😉 Le réseau est bon par ici (en général !)…

Où en sommes nous ?

Déjà 3 mois ! ça passe très vite ! Nous avons parcouru 10 940 kms, traversés 10 pays, fait 16 pleins de diesel, fêter 3 anniversaires, fait de magnifiques rencontres, découvert des endroits spectaculaires, vécus des petites péripéties toutes mignonnes (ça nous suffit!), atteint notre objectif du Cap Nord et surtout nous vivons pleinement nos rêves !!! Je crois que nous avons enfin trouvé notre organisation, mais tout est en perpétuel mouvement, c’est lorsque nous pensons y être arrivés que tout peut être amené à bouger ! C’est parfois fatigant. Il faut savoir s’adapter en permanence, accepter que tout ne soit pas comme nous l’avions prévu ou imaginé. Cela est valable pour l’endroit où l’on dort le soir (même si pour le moment nous n’avons eu que 3 ou 4 bivouacs qui n’étaient pas comme on les aime !). Tous les lieux que nous visitons ne sont pas tous exceptionnels et parfois il y a des déceptions. Il faut s’adapter et savoir se restreindre.
Nous commençons à réaliser que nous voyageons sur du long terme et que nous avons le temps. Cette envie de vouloir tout voir et de vivre tout à 1000% est trop fatigante pour nous tous. Nous décidons donc (pour le moment) de se fixer un itinéraire et de regarder ce qu’il y a à voir autour de celui-ci. Plus de détour d’une centaine de kilomètres. Et puis l’hiver va arriver et nous n’avons pas envie d’avoir trop froid donc nous allons nous diriger vers la Grèce.
Nous apprécions cette nouvelle vie et toute la richesse que cela nous apporte. On se rend compte à travers les photos que les enfants ont bien grandi et changé depuis 3 mois… Maxence est plus débrouillard, il est impressionnant dans sa capacité d’adaptation et d’observation. Il connait son frère par cœur, il sait lui parler pour l’aider à se sentir mieux quand il déborde. Gabriel est toujours très impulsif dans son comportement et ne réfléchit pas avant d’agir. Il fait beaucoup d’efforts et on sent une volonté chez lui de faire avancer les choses. C’est toujours compliqué de laisser les autres (en l’occurrence nous) toucher à ses affaires, ou de perdre à un jeu mais il y a du mieux. Les rôles sont souvent inversés, c’est le petit qui est plus à l’aise dans la gestion des émotions. Cela permet aussi de comprendre qu’une personne plus petite que soi ou plus jeune est tout aussi capable de faire et peut nous apprendre des choses. Cet exemple en est un parmi tant d’autres et petit à petit les stéréotypes tombent, c’est une belle complicité qui naît entre nous.

[ngg src= »galleries » ids= »26″ display= »basic_slideshow »]



La bienveillance

La puissance de la bienveillance

Un petit rien qui change tout…


Avant de partir, je travaillais comme animatrice en gérontologie, mon travail s’est arrêté de façon brutale, à cause d’un Directeur vraiment virulent, en soif de pouvoir et d’argent. Dans la vie, il y a deux types de personnes. Il y a des personnes capables de faire beaucoup de mal autour d’eux sans se préoccuper de la puissance de leur méchanceté et ce que cela peut engendrer dans la vie d’autrui. Moi, j’ai rebondi, ce qui nous a permis de lancer ce projet de voyage. C’était le bon moment tout simplement. Dans ces moments difficiles, il faut savoir faire face et se redonner de nouveaux objectifs. C’est comme ça que nous avançons ensemble avec Rudy sur le chemin de la vie.


Aujourd’hui, j’ai reçu un message de la nouvelle animatrice de la résidence où je travaillais via notre site internet.
Par pudeur, je n’ai pas osé aller faire un coucou aux résidents avant de partir. Je ne savais pas si cela aurait été positif pour tout le monde mais je pense souvent à eux, ils m’ont tant apporté ! Je suis très attachée à eux, comme tout métier où l’on travail avec l’humain, des liens se tissent.
Ce message, je vous le partage ici car j’ai été extrêmement touché.
« Je suis la nouvelle animatrice de la Résidence où vous avez laissé de beaux souvenirs pour les résidents. Je mets régulièrement les articles de journaux vous concernant dans la Gazette et nous avons fait une projection de votre Blog avec un petit Quizz pour le plaisir !!


« Les résidents vous ont retrouvée avec bonheur pendant les deux premiers mois de votre long périple. Nos félicitations pour la manière dont vous gérez en famille cette nouvelle vie. Nous vous souhaitons une très bonne continuation et nous vous retrouverons avec plaisir tout au long de vos pérégrinations. » »

Et il y a l’autre type de personne. La personne qui, par ses actions bienveillantes, fait de petites ou de grandes choses. Des actions qui redonnent foie en l’humanité, qui vous permette de vous rendre compte que nous pouvons donner sans attendre en retour. Car tous nos choix ont un impact à un moment donné. Sans le savoir, en m’envoyant ce message, elle m’a fait un merveilleux cadeau, le plus beau qu’il soit, savoir que l’histoire continue avec le sourire et la joie dans cette résidence que j’ai quittée dans les larmes et avec une nouvelle animatrice bienveillante qui semble prendre bien soin des résidents et de leur histoire de vie.

Semez des graines de bonheur autour de vous et vous vivrez dans un monde tout en joie !

L’école en voyage

Durant l’année à venir, la maîtresse c’est moi ! Gabriel entre en CE2 et Maxence en GS. Quels sont les différentes possibilités pour faire l’école à ses enfants ? Est-on obligé de les déscolariser ? Comment faut-il s’y prendre ? Quel support utiliser ? Voici les choix que nous avons faits.

Doit-on déscolariser ses enfants ?

Cette question n’a pas vraiment de réponse car tout dépend du Directeur dans laquelle votre enfant est scolarisé. Certains acceptent de conserver l’enfant dans les effectifs lorsque cela est possible. Tout dépend de la durée de votre voyage. Pour nous, cela n’était pas possible, nous avons donc déscolarisé nos deux enfants.

Comment déscolariser ses enfants ?


J’ai commencé par prendre un rendez-vous avec le Directeur de l’école pour lui parler de notre projet. De son côté il n’a pas su m’apporter beaucoup de réponses. J’ai donc commencé mes démarches en appelant l’Inspection Académique qui m’a renvoyée vers la Direction Diocésaine de l’enseignement catholique car ils étaient scolarisés dans une école privée. Je leur ai expliqué notre projet et ils ont validé par téléphone. J’ai préféré faire un courrier à l’école pour qu’il y ait une trace écrite de mes démarches.
En école publique, l’Inspection Académique suffit. Il y a plusieurs sons de cloches et surtout plusieurs manières de procéder en fonction de l’académie dans laquelle vous habitez. Pour certaines académies un coup de fil suffit, pour d’autres une lettre recommandée avec accusée de réception est nécessaire. Si vous gardez votre domicile durant votre voyage, vous devez en informer la mairie pour déclarer que vous passez en l’Instruction En Famille (IEF).

Qu’est-ce-que l’Instruction En Famille (IEF) ?

C’est le fait d’instruire ses enfants en dehors de l’école. L’instruction est obligatoire, l’école pas forcément mais le système nous pousse grandement à rester dans le circuit! Depuis peu, la CAF enlève les allocations familiales si votre enfant n’est pas scolarisé car l’IEF est considéré comme un choix personnel et donc l’Etat ne valorise pas cette démarche.

Quels supports nous utilisons ?

Il en existe plein plein plein !!! Des sites internet, des manuels, le CNED, les musées, des supports audio ou vidéo, des livres, sa propre imagination, la nature, la vie quotidienne, des groupes de famille sur les réseaux sociaux qui permettent d’échanger et de se retrouver etc…

Ce que nous avons choisi :

Pour débuter dans cette grande aventure, j’ai eu besoin de me sentir guidée. J’ai pris rendez-vous avec les institutrices de mes enfants pour leur demander de l’aide. A vrai dire, je crois que les enseignants en tout cas ceux de l’école dans laquelle nous étions ne m’ont pas semblé forcément favorables à ce projet donc peu de conseils m’ont été communiqués, j’ai eu plutôt des recommandations.
J’ai donc fouiné et passé de nombreuses heures à chercher sur internet, demandé à des amies et d’autres familles voyageuses ce qu’elles utilisaient et les différentes méthodes de chacun.
Nous partons avec différents manuels.
Pour Gabriel CE2 :
– J’ai téléchargé tout le programme sur le site de l’académie en ligne. Ce sont les cours du CNED séparés en séquences avec toutes les matières. J’ai trouvé ça complet et rassurant pour moi d’avoir un guide complet.
– Les 2 fichiers ainsi que le manuel des enseignants pour la méthode Singapour en Mathématiques.
– 1 livre de lectures de chez Hatier – Etincelles
– 1 manuel de dictée
– 1 manuel pour l’orthographe
– Le site internet « Lutin Bazar » regorge de bonnes idées
– Le jeu multimalin pour les tables de multiplication
– Le livre de Mini Loup pour l’Anglais

Pour Maxence en GS :
– Tout le programme de Moyenne Section avec le livre « Toute ma maternelle » de chez Hachette.
– Mon cahier maternelle Grande Section de chez Nathan.
– Je découpe, je colle, j’apprends GS de chez Hatier.
– Différents jeux de société, Mes premiers mots, Babar les lettres, Les lettres des incollables
– La malette des Alphas

Je suis certainement partie avec beaucoup trop de chose, mais pour le moment je ne regrette pas car cela me permet d’alterner régulièrement entre révision et nouveaux apprentissages, de m’adapter à eux et à leur niveau. Nous pouvons changer de support quotidiennement donc ils ne se lassent pas.

Notre rythme

Ils ont demandé assez vite à démarrer l’école ! A ma grande surprise, car je pensais débuter en même temps que les copains en Septembre !! Je me suis mise au travail plus vite que prévu pour être claire dans mes explications et nous avons démarré le 15 Août. Je me mets la pression pour le moment mais cela fait partie de mon fonctionnement, on va se laisser le temps de voir comment ça se passe. N<ous essayons de faire 2h du lundi au vendredi. Lorsque nous allons visiter un musée on ne fait pas forcément d’école à proprement parler mais nous nous servons de cette visite pour discuter de ce que nous voyons, travailler le vocabulaire et se situer sur la frise chronologique. Nous nous servons également du quotidien pour l’autonomie, la dextérité, la motricité et l’apprentissage en tout genre. Dès que c’est réalisé sous forme de jeu ils n’ont pas l’impression d’apprendre.

Ceci est vraiment notre expérience personnelle, chaque famille que nous rencontrons a sa propre méthode, son propre rythme, donc je ne conseille rien et je n’ai pas la prétention de dire que notre méthode est mieux ou moins bien mais en tout cas nous y mettons du coeur et de l’énergie !

[ngg src= »galleries » ids= »9″ display= »basic_thumbnail »]

Bilan de notre 1er mois en camping-car sur les routes d’Europe

Déjà 1 mois que nous sommes sur les routes. Voici notre 1er bilan, nous allons vous parler de nos trajets, de notre adaptation à 4 dans un camping-car, du budget dépensé et de notre ressenti à chacun…

Nous avons traversé 6 pays : la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Suède et sommes actuellement en Norvège.
Au total nous avons parcouru 4409 kms en un mois, pris le pont mythique qui relie le Danemark à la Suède, traversés une petite centaine de tunnels dont 2 avec des ronds points à l’intérieur, pris 4 ferrys pour traverser les Fjords, sommes passés par des routes fabuleuses dont la Trollstigen en Norvège.

Comment se passe les temps de trajet ?

Du point de vue des parents :
Les routes sont extraordinaires, nous découvrons des paysages fabuleux, notre Captain est un super camping-car, il monte les côtes sans broncher, aucun problème mécanique (on croise les doigts pour que ça dure!), le fait qu’il soit réhausser nous permet un petit peu plus de liberté. Facile à conduire, c’est très agréable. Avec les enfants c’est compliqué parfois, ils se chamaillent beaucoup, nous sommes assez strict sur le fait qu’ils gardent leurs ceintures de sécurité lorsque nous roulons.
Depuis que nous sommes arrivés en Norvège nous leur avons permis de venir s’asseoir occasionnellement devant avec nous pour que nous profitions ensemble du moment car ils s’intéressent de plus en plus aux paysages. Les dessins animés et les jeux vidéos ne sont pas autorisés à chaque fois, nous les réservons pour les plus longs trajets, car cela se termine toujours mal. Il y a donc pas mal de prise de tête encore aujourd’hui lorsque c’est trop long. Colorier sur la route ce n’est pas très pratique car ils dépassent et là c’est le drame !!! Les jeux de société c’est pas mal, mais si Gabriel perd c’est la mauvaise humeur garantie et si Maxence triche… C’est la dispute!!! Lorsque l’un de nous deux passe derrière pour rester avec eux et les occuper c’est beaucoup plus calme !
On a de la chance car aucun des deux n’est malade en voiture et ça c’est cool ! On a tenté la liseuse pour Gabriel mais pour le moment il préfère que je lui lise les histoires. Maxence adore sa fabrique à histoire de chez Lunii.

Du point de vue des enfants :
« La route c’est cool avec le téléphone de papa et maman pour faire des jeux! Trop bien quand on regarde des films ! Sinon c’est quand même nul !
On découvre des nouveaux paysages alors ça c’est bien mais ça nous fait perdre du temps. Le mieux c’est la route des Trolls, les cascades, manger des bonbons et faire des jeux mais que quand ça ne tombe pas et que papa ne fait pas tout bouger avec les dos d’âne. »

Comment est la vie dans le camping-car ?

Du point de vue des parents :
Au début on se marche dessus !!! C’est difficile d’attendre pour passer dans le seul et unique couloir, le coin cuisine n’est pas très pratique car il n’y a pas de plan de travail. Tout doit être rangé tout le temps. Nous sommes partis avec beaucoup trop de choses (vêtements, livres, draps en double, fournitures scolaires et jeux), nous ne nous sommes toujours pas servis de nos vélos, nous les promenons pour le plaisir, le mien a même une chambre à air a changer et nous ne l’avons toujours pas fait. Ceux des enfants ont été descendu 3 fois dont une où nous avons essuyé une crise de Maxence qui ne voulait plus en faire parce c’est nul le vélo dans l’herbe et « tu comprends pas que j’ai pas assez de muscles dans mes jambes pour les pédales ! » La première semaine a été dure émotionnellement :
– notre projet prenait enfin tout son sens,
– nous allions être éloignés de nos proches,
– nous avons perdu Clochette dès le premier jour du voyage.

Il a fallu trouver une nouvelle organisation, un nouveau rythme et lâcher prise par rapport à nos habitudes d’avant (heure des repas, hygiène, heure du coucher…). En ce moment en Norvège, le temps d’ensoleillement étant très long , il fait plein jour à 23h, nous nous adaptons chaque jour en fonction de la fatigue de chacun.
Entre nous deux, il y a eu plusieurs mise au point, surtout sur le fait de ne pas se disputer lorsque nous ne trouvons pas notre chemin où le bon spot sur l’application Park4Night. Lors des manœuvres aussi – tu sais, le moment où il faut se garer vite sur un parking bondé et que l’autre ne comprends pas le sens de tes gestes ! Voici notre nouveau slogan : « Celui qui conduit, c’est celui qui ne guide pas. » Essayer de trouver des moments où l’un ou l’autre peut souffler ou prendre le relais lorsque les enfants sont… Comment dire …? Bref, ça c’est plus dur !
Difficile de respecter le rythme de sommeil de chacun lorsqu’il y a des couche tard et des couche tôt. Exemple : Les films de super héros avec des gros pistolets qui font du bruit à 1h du mat, c’est pas top. Le réveil à 7h du mat avec une pipelette qui me racontent au moins 5 histoires en même temps alors que tu n’es toujours pas aller faire pipi, c’est dur aussi !
Nous lâchons prise sur ce que nous avions prévu de faire, ce que nous avons fait et ce que nous aimerions faire, tout simplement parce que nous essayons d’apprendre à raisonner autrement. C’est à dire que nous avons fait en sorte de nous donner la possibilité de vivre cette expérience sur une longue durée, donc nous avons le temps. Et nous ne sommes pas conditionnés pour prendre le temps mais plutôt à être dans le speed en permanence. Il y a encore du chemin à ce niveau. Nous nous sommes créés des défis pour améliorer les choses qui dépassent la limite de l’autre. C’est à dire par exemple : moins crier, améliorer son vocabulaire, essayer de dire plus oui, réussir à prêter ses affaires, réussir à parler sans pleurer.
Nous faisons trop de route chaque jour et ne prenons pas assez le temps pour tout. Nous nous sommes fixés l’objectif du Cap Nord car c’est quand même mythique mais il y a une contrainte météo.

Du point de vue des enfants :
Maxence : « C’est trop bien, il y a des jeux partout dehors et en plus pas pareil qu’à Angers parce qu’ils sont en bois, j’aime bien mon lit chambre parce qu’elle est jolie. J’aimerai bien que mes copains ils soient là. Moi j’aimerai goûter les bonbons du monde, voir plus de cascades et j’ai hâte d’arriver à la maison du Père Noël. »
Gabriel : « C’est vraiment cool parce que notre maison elle roule, on a le parasol qui sort quand il y a du soleil. C’est très difficile de prêter quand on touche à mes affaires sans me demander avant. J’aime les moments en famille où on peut jouer ensemble. C’est nul quand il faut passer le balai, parce que c’est tous les jours qu’il faut le faire. Mon frère il me crie dans les oreilles quand je l’embête et après on se fait gronder. Moi je voudrai voir des geysers, un rennes sur la route. »

Notre budget

On fait court car ce n’est pas très représentatif. C’est notre premier mois et nous nous sommes fait plaisir. Il y a eu également Disney et tous les ponts et ferry depuis le Danemark. Nous savions que ce serait cher et c’est d’ailleurs pour ça que nous avons commencé notre voyage par les pays scandinaves.
Donc tout compris nous avons dépensé 3091€ dont 595€ de gazoil, 124€ de camping, plus de 1000€ de courses (on a fait des stocks pour les semaines à venir)…

Notre nouvelle routine

Sacré changement de ce côté là ! Désormais notre préoccupation principale est de définir l’itinéraire et de décider de ce que nous voulons voir en lisant le Lonely Planet ! Nous savourons chaque instant car pour y arriver cela nous a demandé beaucoup de concessions, des désaccords familiaux , des rebondissements, une préparation acharnée pendant 1 an et demi! Mais cela en vaut vraiment le coup !
Nous avons la routine du linge, je dirais en moyenne une machine toutes les semaines et demi sans compter les draps s’il y a des petits accidents. Nous trouvions des laveries automatiques en France, maintenant c’est plutôt dans les campings ou dans les marinas en Suède.

Nous n’avons pas vraiment calculé de fréquence moyenne pour les courses pour le moment car nous avions anticipé un peu l’arrivée en Norvège où tout est vraiment plus cher !!! Nous faisons au moins cher et donc la plupart du temps c’est chez Lidl que nous nous arrêtons. L’avantage, c’est que nous nous y retrouvons un peu plus facilement sur les produits de base.
Il va falloir également intégrer l’école des enfants à cette nouvelle routine, le mieux sera le matin après le petit dèj. Il y a aussi le nouveau travail de Rudy et bien sur, il faut qu’on se garde du temps pour trier nos photos et alimenter le blog et les réseaux sociaux!!

Notre bilan

Les paysages ont mis du temps avant de réellement changer, c’est depuis que nous sommes en Suède que nous commençons à être de plus en plus dépaysé. Nous avons parfois fait trop de journée de marche consécutive, ou trop de route et nous n’avons pas encore trouvé réellement notre rythme. Nous continuons à nous apprivoiser les uns les autres pour trouver une harmonie plus paisible au quotidien. C’est un exercice parfois difficile mais nous sommes sur le bon chemin.
Les journées sont bien chargées et 1 mois est déjà passé!

[ngg src= »galleries » ids= »8″ display= »basic_thumbnail »]

Première étape – Premier coup dur

Notre première destination sera la Ferté-Bernard. Cette ville est symbolique pour nous puisqu’elle représente nos retrouvailles, nos fiançailles en plus d’être une très jolie ville propice à une belle promenade.

Nous allons dormir près de la base nautique, les enfants peuvent profiter des aires de jeux et de la plage .

Au réveil de cette première nuit, on s’aperçoit que Clochette a disparu, elle est passé par une fenêtre ouverte. Nous passons toute la journée à la chercher. Nous attendons le soir pour qu’il y ait moins de monde et moins de chien mais toujours rien. Dans la nuit pareil, nous refaisons le tour du lac. Le lendemain nous devons prendre une décision. Nous avons prévenu la police municipale, le vétérinaire. Elle est déclarée perdu avec le numéro de sa puce. C’est un gros coup dur pour tous les 4. Elle s’était pourtant bien habituée.

Nous décidons de reprendre la route sur les conseils du vétérinaire. C’est le coeur bien lourd que nous rejoignons la région parisienne pour y déposer ses affaires chez une amie.

Pour continuer cette journée, nous voici sur le périph !!! Haaa !!! Le périphérique parisien en camping-car c’est une grande histoire !!!

Nous passons à côté de Marne La Valley et donc de Disney Land Paris !!! Dans quelques jours c’est l’anniversaire de Maxence , alors pour remonter le moral des troupes nous irons y fêter ses 5 ans avec quelques jours d’avance.

Le lendemain ce sera une journée de route pour se diriger vers la Belgique. Nous commençons à découvrir la brique rouge à toutes les sauces. Nous faisons un dernier saut de puce dans une petite ville du Nord pour faire des courses et régler les dernières obligations administratives. Que la France est compliquée pour tout ça !!!

Voici l’annonce publiée sur les réseaux sociaux pour nous aider à retrouver Clochette.